Permaculture

La permaculture est un art de vivre qui associe l’art de cultiver la terre pour la rendre fertile indéfiniment avec l’art d’aménager le territoire. Elle n’est pas un mode de pensée mais un mode d’agir qui prend en considération la bio-diversité des écosystèmes; elle est un ensemble de pratiques et de principes visant à créer une production agricole durable. Cette production tend à être très économe en énergie (travail manuel et mécanique, carburant…) et respectueuse des êtres vivants et de leurs relations réciproques. Elle vise à créer un écosystème productif en nourriture ainsi qu’en d’autres ressources utiles, tout en laissant à la nature « sauvage » le plus de place possible.

Elle utilise des notions d’écologie, de paysagisme, d’agriculture biologique, de biomimétisme, d’éthique, de philosophie et de pédologie. La permaculture invite à mettre ces aspects théoriques en relation avec les observations réalisées sur le terrain.

La base de la permaculture est systémique : il s’agit de considérer les interactions entre les éléments et facteurs de l’écosystème, ainsi que sa globalité et son évolution cyclique (saisons) et durable ; et non pas uniquement d’analyser les éléments constitutifs du système individuellement, comme s’ils étaient coupés les uns des autres, et statiques. Ceci mène à une compréhension des possibilités de l’écosystème dans l’optique d’une utilisation par l’homme, sans le détruire et avec des coûts minimaux.

Bien que souvent qualifiée de science par ses promoteurs, elle n’est pas une science dite conventionnelle, c’est-à-dire conforme aux critères de la scientificité, et traitée avec la méthode scientifique, car elle n’est que très peu documentée dans la littérature scientifique évaluée en comité de pairs.

(de Wikipedia)